Intéressement, participation… comment fonctionnent les primes en entreprise ?

Par définition, une prime est une somme versée à un salarié, mais qui se distingue de son salaire ordinaire. Elle est plus ou moins exceptionnelle, et sa fréquence peut être annuelle ou mensuelle. Son but est de gratifier le salarié pour avoir accompli une performance jugée satisfaisante ou pour compenser une difficulté particulière des fonctions dévolues à un salarié ou un groupe de salariés. Dans le même temps, elle peut constituer simplement une rémunération exceptionnelle.

Des primes bien différentes

Entre autres primes figurent la participation et l’intéressement, qui ne sont pas identiques, bien qu’ils soient tous deux soumis à la variation contingente des résultats de l’entreprise. Ils sont souvent confondus, car ce sont tous deux des dispositifs d’épargne d’entreprise permettant d’assurer aux salariés un complément de rémunération. Pourtant, rien ne permet de les confondre, notamment leur but et les conditions de leur mise en place.

Les deux procédés n’ont pas la même finalité. La participation répartit une tranche du bénéfice net réalisé tandis que l’intéressement récompense et incite à la performance afin de motiver les salariés à faire davantage pour avoir plus.

L’intéressement : la rémunération d’une performance collective

Ce dispositif de prime ne prend effet qu’à la seule et stricte réalisation d’une performance ciblée et prédéterminée : son but est d’associer les salariés aux résultats ou aux performances de l’entreprise. Cette association prend la forme d’une incitation à caractère financier et collectif, car l’intéressement assure un complément de rémunération et se présente sous la forme d’une prime collective à destination de la totalité des salariés ou d’un groupe bien délimité d’entre eux. Il trouve sa contrepartie dans la réalisation d’une performance opérée par la totalité des salariés ou par ce groupe délimité, et non dans la réalisation d’une prestation individuelle de travail.

La participation : une redistribution d’une partie du bénéfice réalisé par l’entreprise

La participation a été conçue dans l’objectif de partager les fruits de la croissance globale de l’entreprise. Elle se caractérise par la nécessaire réalisation d’un bénéfice fiscal suffisant et l’attribution aux salariés d’une partie de ce bénéfice. Selon la réglementation du Code du travail concernant la participation, les entreprises ont l’obligation de constituer une cagnotte qui doit être partagée entre les salariés.

Bien que différents dans leur finalité, ainsi que dans les conditions de leur mise ne place, la participation et l’intéressement comportent néanmoins une caractéristique commune : ils sont tous deux un complément de rémunération occasionnel et collectif.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *